↑ Retour à Erice

Erice et la Vénus

Erice, temple de la déesse de l'amour

prises à partir de la brochure de la province de Trapani

Il était le culte de la fertilité et l'amour de marquer Erice, célèbre dans l'antiquité pour son temple au sommet de la montagne à laquelle ils ont abordé les marins.

Astarté était le Carthaginois, Aphrodite chez les Grecs, Ericina de Vénus pour les Romains: phare de la Méditerranée, le temple de la déesse a été peut-être fondée par Enée, ou peut-être par Dédale, ou peut-être de l'échelon local Eryx, fils d'Aphrodite, qui a contesté Héraclès de se déplacer de cet endroit et il a été tué (et donc la ville a été sacré à Hercules).

De ce temple, il n'ya pas de trace; selon Diodore, se trouvait sur l'ancienne acropole où dans le treizième siècle château normand a été construit. On y accède à travers les jardins du Balio, panorama à couper le souffle donnant sur la mer, où vous donnez-vous à un horizon qui prend les îles Egades et Mount Hood. Vous marchez sur l'esplanade de la magnifique forteresse, souvent utilisé par tant de brouillard qui s'épaississent et éclaircir doucement tout d'un coup. Vous essayez quelque chose qui pourrait suggérer un autel en plein air, un “fosse fausse d'Aphrodite”. Et il reste, plutôt, assommé par un site que le mythe, ruines et la nature font la sensualité mystérieuse et tourbillonnant.

Ville Elim, puis sous l'influence des Carthaginois, soutenu par les Grecs, Erice était si riche qu'il, dans 415 A.C., Segesta voulu lui prêter sa tasse d'or et d'argent pour impressionner les Athéniens envoyèrent à leur demander de défense contre Syracuse. Sont autour de cette époque, les murs qui courent encore dans la pente, bien conservé, sur le bord ouest de, de porte à porte Perceuses épée, pour environ 800 mètres: dans la partie inférieure, les murs sont de gros blocs de pierre; ont des tours carrées et ils sont ouverts à un certain linteau monolithique poternes.

Détruite pendant la première guerre punique par les Carthaginois, qui a déplacé les habitants à Drepanon (Trapani).

Erice a été conquise en 248 un. C. de Rome. Peut-être alors qu'il était un monceau de ruines, mais le temple de la déesse a été renaître avec une nouvelle splendeur aux gagnants.

Suétone écrit: “Claudius restauré le temple de Vénus Erice en Sicile, qui était tombé en désuétude en raison du vieillissement, Trésor public au détriment du peuple romain”.

Il ajoute Diodore: “Ils [les Romains] surmonté tous les peuples qui les ont précédés aux honneurs qui ont fait la déesse”.